La démocratisation du Togo

« En Afrique, on n’organise pas des élections pour les perdre ! » Selon Omar Bongo

Le Togo, petit pays d’Afrique de l’Ouest, coincé entre le Bénin et le Ghana, est une ancienne colonie française et a obtenu son indépendance en 1960. Son premier président s’appelle Sylvanus Olympio, et il est le premier président démocratiquement élu du pays. Le Togo apparaît, à cette époque, comme le bon élève de la décolonisation occidentale, et semble montrer la voie aux autres pays africains.

Cependant, en 1963, le Président Olympio meurt assassiné par Etienne Gnassimbé Eyadéma, alors militaire. Il est maintenant prouvé que cet assassinat a été mis en place par le gouvernement français de l’époque, qui voyait d’un mauvais œil cette démocratisation rapide du pays, et qui craignait d’y perdre ses intérêts, qu’ils soient stratégiques ou économiques.

Olympio est remplacé au pouvoir par Nicolas Grunitzky par l’armée, qui est lui-même élu plus tard dans l’année au mois de mai. Ce dernier est renversé par un coup d’État en janvier 1967 du lieutenant-colonel Gnassimbé Eyadéma. Ce dernier dissout tous les partis politiques existants au Togo et créé son parti unique, le Rassemblement pour le Peuple Togolais (RPT). Il est réélu en 1972, 1979, 1986, 1993, 1998 et 2003. Il décède brutalement en février 2005.

Son fils est alors porté au pouvoir par l’armée dans la foulée, et il remporte les élections présidentielles mises en place en 2005 sous pression de la communauté internationale, et entachées de nombreuses fraudes et violences causant la mort de plus de 1000 personnes2, et le déplacement de dizaines de milliers d’autres. Il remporte également les élections de 2010.

Depuis quelques années, la contestation prend de l’ampleur, et les pressions internationales s’intensifient. De plus, les populations sont entourées par le Ghana, où la démocratie se développe, et le Bénin, où la démocratie commence à prendre de l’ampleur. Freedom House considère que le Togo est un pays partiellement libre, avec une note de 4.5 en liberté, 5 en droits politiques et 4 en libertés civiles3.

De par ces quelques informations, il peut être légitime de se demander si la démocratisation du Togo, annoncée comme rapide dans les années 60, est toujours une réalité, et si oui, quelles formes prend-elle ?

Le dossier suivant se propose donc de répondre à cette question.

 

La dÈmocratisation du Togo, Marie LE BRIS M2 CI.

 

Marie LE BRIS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :